ruxandra-nicolescu-game-producer-m

Ruxandra Nicolescu est productrice au studio Gameloft de Cluj-Napoca, en Roumanie. Elle a récemment travaillé sur le jeu d'action médiéval de Gameloft intitulé Iron Blade.

Le parcours de Ruxandra avant de devenir productrice fut sinueux. Comme elle le dit si bien elle-même, elle a eu du mal à trouver sa voie. "J'ai commencé par m'inscrire dans une école d'art où j'ai étudié le graphisme et la peinture. J'ai continué en m'inscrivant à l'université où j'ai étudié la photographie et le cinéma. Je faisais ce que j'aimais, comme bon me semblait.

Malheureusement, cette liberté n'a pas duré. Malgré ses compétences, elle ne parvenait pas à en vivre, et peu à peu, c'est devenu un simple passe-temps. "Je n'ai utilisé que quelques-unes de mes compétences lors de mes premiers emplois en conception graphique dans deux entreprises différentes."

Un démarrage en douceur

ruxandra-nicolescu-game-producer

Quelque chose clochait dans son parcours. "J'ai pris conscience que j'avais du mal à gérer le feedback négatif : 'déplace ça plus à gauche', 'fais-le en vert', 'je veux quelque chose de plus flashy !' J'avais juste envie de bondir de ma chaise et de hurler "OK ! Fais-le toi-même si ça ne te plaît pas !"

"J'ai commencé à chercher autre chose, quelque chose avec plus de challenge, qui correspondrait mieux à ma personnalité." C'est la passion qui l'a guidée dans son cheminement.

"La seule constante dans ma vie, c'était le jeu vidéo. J'y joue BEAUCOUP. Des jeux amusants, des jeux tristes, des jeux multijoueurs, des jeux solo, des jeux d'horreur, des casse-tête, des jeux qui me permettent de créer mon propre monde, un monde sûr, un monde passionnant où le personnage principal est toujours moi ! C'est cliché, mais c'est vrai !"

La révélation

Et puis elle a vu que Gameloft recrutait. "Je me suis dit 'Hum... Je connais quelques jeux Gameloft. Je pourrais commencer par tester des jeux, puis grimper les échelons et pourquoi pas CRÉER DES JEUX !?' Le plan me semblait pas mal !"

La clé ? Être passionnée et travailler dur, car peu de temps après, elle est devenue Testeuse AQ.

"Je viens de fêter mon sixième anniversaire chez Gameloft. C'est une sacrée aventure." Son dynamisme et son engagement vis-à-vis de l'industrie lui ont permis de monter rapidement les échelons. "J'ai appris à me poser, à transformer ma passion en carrière. J'ai aussi compris ce que signifiait l'engagement et ce qu'il pouvait apporter dans la vie."

Cette persévérance a fini par payer. "En testant des jeux, j'ai commencé à imaginer en créer moi-même : apprendre des choses, acquérir de l'expérience, faire des erreurs et recommencer du début." Et c'est ainsi qu'elle est devenue productrice de jeux vidéo... "Mon rêve est devenu réalité ! C'est pas merveilleux ?"

Passion/Profession

Ruxandra est fière de son travail et y met beaucoup de cœur. Son tout dernier jeu Gameloft ? Iron Blade. "Vous y avez joué ? Jouez-y si ce n'est pas encore le cas ! C'est vraiment un jeu très amusant en plus d'être super beau. Il a été réalisé par l'incroyable, le talentueux, le passionné studio de Cluj-Napoca. Je suis productrice de jeux vidéo dans ce studio depuis deux merveilleuses années... et j'espère qu'il y en aura encore beaucoup d'autres."

ib-fight

Ruxandra me raconte que les producteurs de jeux vidéo sont perçus différemment d'une entreprise à l'autre et d'une équipe à l'autre. Mais elle considère que son rôle est axé autour de deux piliers essentiels : "L'équipe et le jeu. Je dois pouvoir m'occuper des deux." Elle connaît ses forces et a tout à fait conscience des points à améliorer. "Certains producteurs ont de bonnes compétences sociales et d'autres sont plus axés sur le côté technique. Je fais plus partie du premier groupe, mais j'aime aussi avoir un pied dans l'autre, car j'aime apprendre."

Là encore, Ruxandra a trouvé des avantages à avoir transformé sa passion en carrière. "Je veux pouvoir en faire toujours plus, aider toujours plus, et apporter de nouvelles idées à l'équipe." Mais elle sait que peu importe ses compétences, il reste toujours une part de surprise. "En deux ans, j'ai appris que peu importe l'intensité avec laquelle vous vous concentrez sur des petits détails, il y a toujours une part de chaos."

Canaliser son énergie

"Vous saviez que les producteurs étaient parfois appelés des éleveurs de chats?", nous dit-elle en aparté (non, je ne le savais pas). "En fait, c'est la partie la plus cool du boulot. Rassembler des idées et de l'énergie, les organiser et les diriger pour obtenir les meilleurs résultats. Il faut apprendre à accueillir le chaos à bras ouverts, à s'adapter et à canaliser tout ça."

"Faire partie de ce processus créatif, voir le projet grandir, être là à chaque étape, c'est tellement gratifiant. Savoir qu'un beau matin, un joueur va aller dans la boutique en ligne, télécharger votre jeu et s'amuser avec. C'est vraiment un sentiment incroyable."

Ruxandra se donne corps et âme pour son travail. En énumérant tout ce qu'elle espère montrer aux autres dans ses jeux, on voit que ça colle parfaitement à tout ce qui rend le jeu vidéo important à ses yeux. "Les jeux permettent d'apprendre aux gens à s'améliorer, à sortir de leur zone de confort, à communiquer et à se faire des amis. Les jeux créent des mondes juste pour vous, des mondes que vous pouvez explorer et qui ouvrent la porte à la créativité, à la passion et pourquoi pas, à une carrière, comme ce fut le cas pour moi."

ib3

"On apprend quelque chose de chaque jeu sur lequel on travaille. Votre équipe et vous, vous mettez tout en œuvre, et vous vous adaptez au maximum pour faire quelque chose de bien." C'est cette énergie qui rend chaque jeu unique. "Quand on est développeur, dès qu'un jeu passe à une autre équipe, il s'en va avec une petite partie de vous. Cette petite partie de vous reste là et peut avoir des conséquences inattendues sur les gens."

Les femmes et le jeu vidéo

"On est une grosse équipe. On est environ 30 à travailler sur deux projets, actuellement. Mais l'équipe ne compte que quatre filles, dont moi. Une de mes meilleures amies a aussi travaillé dans ce domaine pendant des années. Elle est une sorte de modèle pour moi. Elle m'a inspirée et encouragée, et m'a donné la confiance dont j'avais besoin pour avancer."

Ruxandra aimerait que plus de femmes suivent son exemple. "Il y a plein de femmes, comme mon amie Laura, par exemple, qui sont très inspirantes. Et je sais qu'il y a aussi beaucoup de femmes qui n'attendent que d'être inspirées, comme moi. Il n'y a jamais de mauvais moment pour suivre sa passion, les gens devraient être encouragés comme il se doit et se lancer dans cette aventure !"

"Il faut avoir conscience que c'est plus difficile si on est seul. C'est important d'être bien entourés. Vous avez besoin d'un mentor (merci Radu pour ta patience !), vous avez besoin de soutien (merci Cristi de m'avoir fait comprendre que quand c'est urgent, c'est urgent !) et vous avez besoin d'une Équipe avec un grand E. Sans équipe, il n'y a pas de jeu."